SNCF : « Le droit de retrait peut être fondé pour certains cheminots mais pas pour tous »

24/10/2019
Nelly Pourtier, avocate counsel du Cabinet, a accordé une interview à News tank le 22 octobre 2019 au sujet du droit de retrait exercé par les cheminots de la SNCF.

« Le droit de retrait peut être fondé pour le cheminot qui a été victime de l’accident. Il pourrait même être fondé pour tous les cheminots qui travaillent sur ce train ou, à la rigueur par extension, à tous les conducteurs qui sont seuls. Mais, pour tous les contrôleurs et conducteurs non seuls, le droit de retrait est nécessairement illégitime. Le droit de retrait par solidarité n’existe pas », déclare Nelly Pourtier.


« Le droit de grève nécessite nécessairement des revendications. Le droit de retrait ne nécessite pas de revendications particulières, ce n’est pas son objet, même si le salarié peut demander des mesures de protection pour sa santé et sa sécurité. »

« Le droit de retrait est facultatif. Personne ne peut reprocher au salarié de l’avoir exercé ou d’y mettre fin en retournant au travail ».

« Ce débat amène une question précise : peut-on être travailleur isolé aujourd’hui en France ? La réponse est oui. Le Code du Travail l’autorise sous le respect d’une vigilance et de mesures particulières prises par l’employeur. C’est le cas des chauffeurs routiers, des conducteurs de bus, des commerciaux etc. Les normes internationales ferroviaires autorisent également le travail isolé ».

Lire l'interview en intégralité sur le site de News Tank rh.

Mentions légales|© Copyright 2017
Réalisation : Agence KEYRIO